Quadrupler la survie au cancer du sein

le légume de survie au cancer du sein réprésenté par un brocoli dans les mains d'une femme

Un demi million d’Américains vont probablement mourir d’un cancer, l’équivalent de l’écrasement de 5 jumbo jet… chaque jour! Le nombre d’américains morts cette année est plus élevé que tous ceux morts dans toutes les guerres américaines combinées. Et ceci survient à chaque année.

Mortalité due au cancer chaque jour aux États Unis comparé à un avion jumbo écrasé.

Suite à un diagnostic de cancer, les gens ont tendance à mettre de l’ordre dans leur alimentation. Environ entre un tiers et la moitié des gens souffrants de cancer du sein, par exemple, font des changements alimentaires plus sains suite à un diagnostic, tel que l’augmentation de la consommation de fruits et légumes, réduction de la consommation de viandes, gras et sucre.

Est-ce que ces pratiques aident vraiment si tard dans la partie? Et bien, l’étude « Manger et vivre sainement chez les femmes » comptait quelques milliers de survivantes du cancer du sein afin de déterminer si une alimentation basé sur les plantes, avec peu de gras et beaucoup de fibres pouvait influencer la récurrence et le taux de survie au cancer du sein.

Précédemment ils ont dit que de simples changements – 5 portions ou plus de fruits et légumes par jour – et seulement 30 minutes de marche par jour, 6 jours par semaine étaient associés à un avantage de survie significatif coupant les risques pratiquement de moitié. Notez que j’ai dit « fruits, légume ET de l’exercice ».

Voici la proportion des femmes avec un cancer du sein qui ont survécu 9 ans dans l’étude si elles avaient un basse consommation de fruits et légumes et peu d’exercice physique [gris] ou haut dans un et bas dans l’autre [jaune et rouge]. Mais voici la courbe de survie de ceux qui étaient haut dans les deux catégories [bleu].

Survie au cancer du sein comparée entre basse et haute consommation de fruits et légumes et exercice physique. Graphique.

Et ça marché aussi bien chez les femmes avec les récepteur à œstrogène négatif qui normalement ont jusqu’à deux fois plus de mortalité… sauf si vous manger un peu plus de fruits et légumes et que vous preniez quelques marches.

Survie au cancer du sein œstrogène négatif et haute consommation de fruits et légumes, comparé au cancer du sein œstrogène positif.

De simples changements dans le régime alimentaire et le mode de vie peuvent quadrupler le taux de survie au cancer du sein.

En plus, le « haut » nombre de fruits et légumes et de marche devrait être pris avec des pincettes car vous pourriez manger 5 portions dans un seul repas et vous pouvez certainement marcher plus de 5 km par jour.

Imaginez un instant que vous êtes diagnostiqué pour le cancer du sein… Imaginez vous assises chez le docteur tandis qu’il vous livre cette nouvelle… Mais il y a un nouveau traitement expérimental qui peut couper vos chances de mourir dans les prochaines années de 16% à 4%. Cependant, pour quadrupler leurs chances de survis, plusieurs femmes sont prêtes à ré-hypothéquer leurs maisons et prendre une vole vers une clinique louche au Mexique, sont prêtes à perdre tout leurs cheveux en traitement de chimio… mais la majorité, il semblerait, ne pouvaient pas considérer de manger du brocoli.

Après diagnostique de cancer du sein, le pourcentage de femmes qui changent leur alimentation avec une augmentation de la consommation de fruits et légumes est de seulement 30% à 48%.
Moins de la moitié des femmes diagnostiqués avec un cancer du sein ont augmenté leur consommation de fruits et légumes et réduit leur consommation de viande, gras et sucre.

C’est en effet ce que le plus récent rapport de l’étude mentionne : Les fruits et légumes sont peut-être bons, mais les légumes crucifères sont probablement meilleurs. Pour les femmes sur le tamoxifen, par exemple, si une de leur 5 portions de fruits et légumes par jour était du brocoli, chou-fleur, chou, kale, etc., leur risque que le cancer revienne était coupé de moitié.

Récidive du cancer du sein est réduite par la consommation de crucifères comme le brocoli, le chou kale, ou le chou-fleur.

Traduit de l'original Breast Cancer Survival Vegetable, sur Nutritionfacts.org, où vous pouvez trouver les liens pour les sources cités.

Atelier « Cancer: l’Impact de l’Alimentation »

Comme les grandes études de populations l’indiquent, les plus gros facteurs de risque du cancer sont des facteurs de style de vie. Donc, nous pouvons les influencer. Venez découvrir ce que nous savons sur les différents aliments et leur rôle dans le développement ou prévention de cette maladie.
Cliquez ici pour en savoir plus!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.